ePitrerie et politique

Tout ce qui concerne la politique

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 17 mars 2013

Élimination de toutes les formes de violence contre les femmes

UN_Women_Horizontal_French_Blue_TransparentBackground.png

C’est sous une impressionnante salve d’applaudissements des délégations d’États Membres et des représentants d’ONG que la Commission de la condition de la femme a adopté, tard dans la soirée, les Conclusions concertées de sa cinquantième session, portant sur « l’élimination et la prévention de toutes les formes de violence contre les femmes et les filles ». Fruit d’intenses négociations au cours de ces deux dernières semaines, le texte –de plus de 17 pages- fait de l’élimination de cette violence une grande priorité du programme de développement post-2015 et exhorte les États Membres à intensifier leurs efforts en termes de prévention et de réaction.

samedi 8 décembre 2012

Internet libre et ouvert

Mobilisez-vous pour un Internet libre et ouvert

"Un Internet libre et ouvert pour un monde libre et ouvert. Les gouvernements ne doivent pas décider seuls de l'avenir d'Internet. Les milliards d'internautes à travers le monde doivent également participer aux discussions."

Google mobilise sur ce site : Google action

mercredi 7 novembre 2012

Give it up now

Barack Obama ; 4 ans de plus

Un peu de Gary Clark Jr pour fêter la victoire d'Obama

Fichier audio intégré

Gary Clark Jr. Ain't Messin 'Round
4'09

mardi 6 novembre 2012

La réponse de Jean-Marc Ayrault à la Cour des comptes sur le Lyon-Turin

La réponse du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, au référé de la Cour des comptes sur le Lyon-Turin :

<<
Capture_reponse-refere_JMA.png[1]
>>

Projet de liaison ferroviaire Lyon-Turin :

Note

[1] En conclusion, je souhaite rappeler que l'action du Gouvemement dans la conduite de ce projet s'inscrit dans le cadre d'engagements internationaux qui ont été récemment renouvelés et contribue pleinement à la dynamique de notre relation bilatérale avec l'Italie dont l'ancienneté et l'importance revêtent un intérêt stratégique pour notre pays et à l'échelle européenne.

lundi 29 octobre 2012

Aucun ami ne sera spammé, blessé ou maltraité pendant cette opération

www.jedonneunami.com : le premier site qui permet de donner ses amis à une cause qui compte.

Pour faire reculer l’exclusion, les actions du Groupe SOS ont besoin d’être connues, soutenues et diffusées.
Alors utilisez votre pouvoir social au profit de causes qui vous tiennent à cœur en donnant vos amis !
(Aucun ami ne sera spammé, blessé ou maltraité pendant cette opération)

mercredi 10 octobre 2012

Refondons l'école

Remise du rapport de la concertation sur la refondation de l’École de la République. bg_rapport_etude_with_title.jpg

À lire ici : Refondons l'école de la République (format pdf, 52 pages, 517 Ko)

mercredi 5 septembre 2012

Aider les parents à être parents

Tous les médias ont parlé de ce rapport du Centre d’analyse stratégique (CAS) sur l'accompagnement de la parentalité. Ce rapport présente notamment 50 expériences internationales intéressantes ...

<<

Plusieurs pays développent des services de soutien à la parentalité en complément des prestations monétaires et d’autres types de services de soutien offerts aux familles. Il s’agit de répondre à une demande croissante, mais également de promouvoir le bien-être des parents et le bien-devenir des enfants. Au vu des exemples étrangers, le succès de ces politiques réside dans leur capacité à répondre aux besoins de tous les parents et dans les stratégies mises en œuvre pour favoriser leur accès. L'enjeu est de ne pas donner l'impression de prescrire un soutien à des pères et des mères qui se sentiraient jugés défaillants mais bien de répondre très concrètement aux nouveaux besoins exprimés ou ressentis par les parents.

>>

Capture_couverture_aider_les_parents_a_etre_parents.png

Le rapport : "Note d'analyse 277 - Aider les parents à être parents. Le soutien à la parentalité, une perspective internationale" Format pdf, 196 pages, 2,8 Mo

mercredi 15 août 2012

Arrêtez la destruction du Parc national de la Pendjari

Arrêtez la destruction du Parc national de la Pendjari !

<<

... parce que ce serait vraiment du gâchis, appel à tous ceux qui sont prêts à se mobiliser.

Merci !

Chris

>>

powered by Fotopedia

Nous sommes un groupe d'individus en Allemagne et au Bénin (ainsi qu'en France) engagés pour sauvegarder le Parc National et la Réserve de Biosphère de la Pendjari au nord du Bénin. (Pendjari.net)

De nombreuses espèces de la faune sauvage telles que lions, éléphants, buffles, hippopotames, antilopes, léopards et guépards y trouvent l'un des derniers refuges de l’Afrique de l'Ouest.

Le succès exemplaire de la conservation du Parc de la Pendjari, atteint avec le soutien de la coopération allemande au développement, n'a été possible que grâce à l'implication d’environ 35.000 riverains dans la prise de décisions, dans les activités et les bénéfices issus de la gestion de la réserve. (Co-gestion)

Cette réserve unique est actuellement en danger.

Suite aux dérives du Ministre de l’Environnement, de l’Habitat et de l’Urbanisme du Bénin, les acquis du modèle de cogestion établi sont démantelés systématiquement depuis novembre 2011. Cela entraîne des effets dévastateurs pour la réserve : des braconniers venus de l'extérieur abattent impunément la faune sauvage afin de tirer profit de la viande, de l'ivoire ou de la peau. Des nomades conduisent illicitement leurs troupeaux de bœufs dans le parc et amènent le risque des épidémies dangereuses pour la faune sauvage.

Aidez nous à arrêter cette destruction en signant la pétition adressé à Dr Boni Yayi (Président de la République du Bénin) et à Dirk Niebel (Ministre de la Coopération au Développement de l'Allemagne).

Veuillez trouver plus d'informations sur notre site web: www.pendjari.jimdo.com.


Agrandir le plan

dimanche 17 juin 2012

Dans l'isoloir #2

mardi 15 mai 2012

apt-get remove ns && apt-get install FH

ns_FH.png[1]

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs

En ce jour où je suis investi de la plus haute charge de l'État, j'adresse aux Français un message de confiance.

Nous sommes un grand pays qui, dans son histoire, a toujours su affronter les épreuves et relever les défis qui se présentaient à lui. A chaque fois, il y est parvenu, en restant lui-même. Toujours dans l'élévation et l'ouverture. Jamais, dans l'abaissement et le repli.

Tel est le mandat que j'ai reçu du peuple français le 6 mai : redresser la France dans la justice. Ouvrir une voie nouvelle en Europe. Contribuer à la paix du monde comme à la préservation de la planète.

Je mesure le poids des contraintes auxquelles nous faisons face : une dette massive, une croissance faible, un chômage élevé, une compétitivité dégradée et une Europe qui peine à sortir de la crise.

Mais je l'affirme ici : il n'y a pas de fatalité, dés lors qu'une volonté commune nous anime, qu'une direction claire est fixée et que nous mobilisons pleinement nos forces et nos atouts. Ils sont considérables : la productivité de notre main-d'œuvre, l'excellence de nos chercheurs, le dynamisme de nos entrepreneurs, le travail de nos agriculteurs, la qualité de nos services publics, le rayonnement de notre culture et de notre langue sans oublier la vitalité de notre démographie et l'impatience de notre jeunesse.

La première condition de la confiance retrouvée, c'est l'unité de la Nation. Nos différences ne doivent pas devenir des divisions. Nos diversités des discordes. Le pays a besoin d'apaisement, de réconciliation, de rassemblement. C'est le rôle du président de la République d'y contribuer. Faire vivre ensemble tous les Français sans distinction, autour des mêmes valeurs, celles de la République. Tel est mon impérieux devoir. Quel que soit notre âge, quelles que soient nos convictions, où que nous vivions -dans l'Hexagone ou dans les Outre mers- dans nos villes comme dans nos quartiers et nos territoires ruraux, nous sommes la France. Une France non pas dressée contre une autre, mais une France réunie dans une même communauté de destin.

Et je réaffirmerai en toutes circonstances nos principes intangibles de laïcité, comme je lutterai contre le racisme, l'antisémitisme et toutes les discriminations.

La confiance, c'est aussi l'exemplarité.

Président de la République, j'assumerai pleinement les responsabilités exceptionnelles de cette haute mission. Je fixerai les priorités mais je ne déciderai pas de tout ni à la place de tous. Conformément à la Constitution, le gouvernement déterminera et conduira la politique de la Nation. Le Parlement sera respecté dans ses droits. La justice disposera de toutes les garanties de son indépendance. Le pouvoir d'Etat sera exercé avec dignité mais simplicité. Avec une grande ambition pour le pays. Et une scrupuleuse sobriété dans les comportements. L'Etat sera impartial parce qu'il est la propriété de tous les Français et qu'il n'appartient donc pas à ceux qui en ont reçu la charge. Les règles de nomination des responsables publics seront encadrées. Et la loyauté, la compétence, et le sens de l'intérêt général seront les seuls critères pour déterminer mes choix pour les plus hauts serviteurs de l'Etat. La France a la chance de disposer d'une fonction publique de qualité. Je veux lui dire ma reconnaissance et l'attente que je place en elle et en chacun de ses agents. La confiance, elle est dans la démocratie elle-même. Je crois en la démocratie locale et j'entends la revivifier par un nouvel acte de décentralisation susceptible de donner de nouvelles libertés pour le développement de nos territoires.

Je crois en la démocratie sociale, et de nouveaux espaces de négociation seront ouverts aux partenaires sociaux, que je respecterai, aussi bien les représentants des salariés que les organisations professionnelles. Je crois en la démocratie citoyenne, celle des associations et des engagements civiques qui seront soutenus pour les millions de bénévoles qui s'y dévouent. La confiance, elle repose sur la justice dans les choix. La justice dans la conception même de la création de richesse. Il est temps de remettre la production avant la spéculation, l'investissement d'avenir avant la satisfaction du présent, l'emploi durable avant le profit immédiat. Il est temps d'engager la transition énergétique et écologique. Il est temps d'ouvrir une nouvelle frontière pour le développement technologique et pour l'innovation. Mais la justice elle aussi dans la répartition de l'effort indispensable. Il ne peut pas y avoir des sacrifices pour les uns, toujours plus nombreux, et des privilèges pour les autres, sans cesse moins nombreux. Ce sera le sens des réformes que le gouvernement conduira avec le souci de récompenser le mérite, le travail, l'initiative, et de décourager la rente et les rémunérations exorbitantes.

La justice, ce sera le critère sur lequel chaque décision publique sera prise.

Enfin la confiance, c'est à la jeunesse que la République doit l'accorder. Je lui rendrai la place qui doit être la sienne, la première. C'est le fondement de mon engagement pour l'école de la République car sa mission est vitale pour la cohésion de notre pays, la réussite de notre économie, C'est la volonté qui m'anime pour rénover la formation professionnelle, l'accompagnement des jeunes vers l'emploi et lutter contre la précarité. C'est aussi la belle idée du service civique que j'entends relancer.

Mesdames et Messieurs,

En ce jour, bien des peuples, et d'abord en Europe, nous attendent et nous regardent.

Pour surmonter la crise qui la frappe, l'Europe a besoin de projets. Elle a besoin de solidarité. Elle a besoin de croissance. A nos partenaires, je proposerai un nouveau pacte qui allie la nécessaire réduction des dettes publiques avec l'indispensable stimulation de l'économie. Et je leur dirai la nécessité pour notre continent de protéger, dans un monde si instable, non seulement ses valeurs mais ses intérêts, au nom du principe de réciprocité dans les échanges.

La France est une nation engagée dans le monde. Par son histoire, par sa culture, par ses valeurs d'humanisme, d'universalité, de liberté, elle y occupe une place singulière. La Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen a fait le tour du monde. Nous devons en être les dépositaires et nous situer aux cotés de toutes les forces démocratiques du monde qui se recommandent de ses principes. La France respectera tous les peuples ; elle sera, partout, fidèle à sa vocation qui est de défendre la liberté des peuples, l'honneur des opprimés, la dignité des femmes.

En cet instant où je suis chargé de présider aux destinées de notre pays et de le représenter dans le monde, je salue mes prédécesseurs, tous ceux qui avant moi ont eu la responsabilité de conduire la République, Charles de Gaulle qui mit son prestige au service de la grandeur et de la souveraineté de la France, Georges Pompidou qui fit de l'impératif industriel un enjeu national, Valéry Giscard d' Estaing qui relança la modernisation de la société, François Mitterrand qui fit tant avancer les libertés et le progrès social, Jacques Chirac qui marqua son attachement aux valeurs de la République ; Nicolas Sarkozy à qui j'adresse mes vœux pour la nouvelle vie qui s'ouvre devant lui.

Vive la République. Vive la France.

Note

[1] Contrairement à ce qui se dit François Hollande n'a pas tourné le dos à Nicolas Sarkozy comme le prouve cette image du site de l'Élysée

- page 2 de 51 -