samedi 13 juin 2009

On n'est jamais si bien servi que par soi même

L'article consacré à Dominique Dord sur Wikipédia (http://fr.wikipedia.org/wiki/Dominique_Dord) a été profondément remanié depuis mardi. Plusieurs interventions de contributeurs anonymes ont considérablement modifié l'article, pour lui donner un ton favorable et jeter une lumière douce et chaleureuse sur les réalisations du député-maire, par rapport à une version initiale plutôt critique, et elle aussi loin de la neutralité de point de vue et de la qualité des sources réclamée par Wikipédia.

Le neuf juin, onze modifications :
http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Dominique_Dord&diff=41838770&oldid=41013794

Ajout de "Il est toutefois un député soucieux de"favoriser la mise en oeuvre d'un projet politique clair" et à ce titre est totalement solidaire du projet de la majorité à laquelle il appartient."
Suppression de trois § sur sa déclaration sur le PACS, et la direction des services vétérinaires devant laquelle les homosexuels étaient invités à se présenter est transformée en une discrète "DSV",
Ajout du § suivant "Son action a incontestablement donné un nouvel élan à la ville. seule ombre au tableau, le thermalisme traditionnel continue à décliner comme il le fait depuis plus de 25 ans.La transformation de l'établissement thermal d'Etat en société anonyme est toutefois engagée et devrait aboutir avant la fin 2009."

Le § "Bien que le succès de la Ville d'Aix-les-Bains comme destination de tourisme d'été ou thermal se soit renforcé en quelques années, ses opposants municipaux soulignent que la ville s'est enfoncée ainsi dans une monoactivité (le "tourisme thermal", phénomène de mode à la pérennité incertaine), au détriment d'autres secteurs (développement économique et urbain, écoles, redynamisation du thermalisme traditionnel...) et que le [thermalisme] comme la politique du logement sont avant tout tournées vers le haut de gamme." est remplacé par le paragraphe "Son action a incontestablement donné un nouvel élan à la ville. seule ombre au tableau, le thermalisme traditionnel continue à décliner comme il le fait depuis plus de 25 ans.La transformation de l'établissement thermal d'Etat en société anonyme est toutefois engagée et devrait aboutir avant la fin 2009."

Il cesse de "prendre une position sur la loi HADOPI" pour "protéger la création par la loi HADOPI".

Le dix juin, cinq modifications :
http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Dominique_Dord&diff=41866968&oldid=41844779

Suppression de la mention que sa fille a été élue conseillère municipale à La Motte-Servolex.
Suppression de la totalité du texte sur le PACS.
Ajout du § suivant : "Pour ce qui est du logement la situation est rendue difficile par l'attractivité de la ville (+2% par an). La mairie s'est lancé dans un vaste plan "habitat 2014" utilisant tous les leviers disponibles et espèrant atteindre l'objectif de 20% de logements à loyers modérés à cette date."

Or, ces contributions très agréables à l'oreille du député-maire sont l'oeuvre de deux anonymes ; le premier (http://fr.wikipedia.org/wiki/Sp%C3%A9cial:Contributions/208.49.132.190) renvoit un accès internet enregistré à New York (?! Plutôt le siège de son fournisseur d'accès internet). Le second laudateur est beaucoup plus intéressant ; il s'agit de http://fr.wikipedia.org/wiki/Sp%C3%A9cial:Contributions/80.118.139.190 dont la page de discussion http://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion_utilisateur:80.118.139.190 nous apprend qu'il s'agit d'un bureau de l'Assemblée nationale...

Le douze juin, une seule : http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Dominique_Dord&diff=41923491&oldid=41873596, pour souligner les apports décisifs de D.D. pour l'adoption du PACS...

On n'a jamais si bien servi que par soi-même....

mercredi 10 juin 2009

Hadopi, acte III, scène 2

Le Conseil constitutionnel, gardien des droits et libertés constitutionnellement garantis, a jugé que plusieurs des dispositions de ces articles[1] 5 et 11 n'étaient pas conformes à la Constitution :

16. Considérant que les pouvoirs de sanction institués par les dispositions critiquées habilitent la commission de protection des droits, qui n'est pas une juridiction, à restreindre ou à empêcher l'accès à internet de titulaires d'abonnement ainsi que des personnes qu'ils en font bénéficier ; que la compétence reconnue à cette autorité administrative n'est pas limitée à une catégorie particulière de personnes mais s'étend à la totalité de la population ; que ses pouvoirs peuvent conduire à restreindre l'exercice, par toute personne, de son droit de s'exprimer et de communiquer librement, notamment depuis son domicile ; que, dans ces conditions, eu égard à la nature de la liberté garantie par l'article 11 de la Déclaration de 1789, le législateur ne pouvait, quelles que soient les garanties encadrant le prononcé des sanctions, confier de tels pouvoirs à une autorité administrative dans le but de protéger les droits des titulaires du droit d'auteur et de droits voisins ;

17. Considérant, en outre, qu'en vertu de l'article 9 de la Déclaration de 1789, tout homme est présumé innocent jusqu'à ce qu'il ait été déclaré coupable ; qu'il en résulte qu'en principe le législateur ne saurait instituer de présomption de culpabilité en matière répressive

à lire en ligne : Décision n° 2009-580 DC du 10 juin 2009 ou au format pdf (14 pages, 48 Ko), ou le communiqué de presse.

Notes

[1] de la loi favorisant la diffusion et la protection de la création sur Internet dite Hadopi