samedi 22 janvier 2011

Chiffres de la délinquance, une présentation en trompe-l'oeil

Mais aussi :

Un graphique du rapport que je trouve instructif :
Le sentiment d'insécurité croit depuis 2008

samedi 6 novembre 2010

La police baillonne "Vive le Tibet libre"

# Manifestant baillonné par la police lors de son arrestation pour avoir crié "Vive le Tibet libre"

Image extraite de la vidéo ci dessous :

Vive le Tibet libre.

à lire sur Le Post : La démocratie en France fait de grands pas… vers le modèle chinois.

samedi 16 octobre 2010

La pédagogie au flash-ball

Communiqué de la ligue des droits de l'homme (LDH) : Logo_LDH

Depuis plusieurs jours, les représentants de l’actuelle majorité parlementaire orchestrent une véritable campagne de dénigrement de la jeunesse de ce pays.

Les jeunes lycéens seraient trop stupides ou immatures pour avoir compris quoi que ce soit à la « réforme » des retraites, ils ne songeraient qu’à la paresse ou à la violence, ils seraient manipulables comme des enfants de cinq ans… et les sujets qui font pourtant l’objet de leurs cours d’éducation civique ne seraient pas de leur âge. Il n’est pourtant pas très difficile de comprendre l’inquiétude d’une génération constamment stigmatisée comme violente voire dangereuse, qui est confrontée à la perspective de longues années de stages et de petits boulots avant d’accéder à un emploi digne de ce nom et qui sait que l’obligation, pour ses aînés, de s’user plus longtemps au travail signifie aussi, pour elle, autant d’emplois en moins dans un très proche avenir.

Mais, décidément, ces gouvernants n’aiment ni ne connaissent la jeunesse de leur pays. Après le mépris, l’épreuve de force : la journée du jeudi 14 octobre a été marquée par une série de provocations et de graves incidents à l’entrée des établissements scolaires, la réponse à la mobilisation des lycéens étant apparemment le déclenchement d’opérations « musclées » des forces de police. A Montreuil, ville dans laquelle un manifestant avait déjà été gravement blessé en 2009 dans des conditions que la CNDS a considérées comme contraires aux règles légales et déontologiques applicables à la police, un lycéen a été blessé à l’œil par un tir de flash-ball. Et dans de nombreuses villes l’emploi de la force est manifestement disproportionné, comme s’il fallait créer des incidents pour justifier la campagne de dramatisation politicienne du début de la semaine.

La Ligue des droits de l’Homme observe que ce choix du passage en force pour imposer une « contre-réforme » qui met en danger le droit à la retraite des plus fragiles confirme l’indivisibilité des libertés et des droits sociaux : ceux qui s’attaquent aux seconds menacent aussi les premières. Elle n’en appelle que plus résolument les citoyens à manifester demain 16 octobre à la fois leur opposition à la casse de notre système de retraites et leur refus de la « politique du pilori » anti-étrangers, anti-Roms et, spécialement ces jours-ci, « anti-jeunes ».

Paris, le 15 octobre 2010.

jeudi 23 septembre 2010

410 000 manifestants selon le twinistère de l'intérieur

<< L'Élysée a souligné une "baisse sensible" du nombre de grévistes par rapport à la précédente journée d'action, et l'interprète comme le signe que peut-être les Français "adhèrent davantage" à la réforme des retraites.[1] >>

Manifestation Grenoble le 23 septembre 2010

410 000 manifestants selon le twitter de l'intérieur, ...

... à Grenoble ?!

Notes

[1] chopé sur l'express.fr

mercredi 28 juillet 2010

Evacuation de familles sans logement à la Courneuve

Sur la page Dailymotion de Médiapart :

mardi 20 juillet 2010

Villeneuve

« La Villeneuve brule », « Saint-Aignan s’enflamme », « nouvelles poussées d’ultraviolence », … les médias s’enflamment c’est sûr et les titres racoleurs attisent le goût du sang et le voyeurisme de la bête qui est en nous.

Maquette Villeneuve Wikicommons Vue Villeneuve par Google

Pourtant ces deux événements que les coïncidences de l’actualité font se télescoper dans les petites lucarnes ont manifestement un point commun : l’illégitimité de la police.

Dans les deux cas, c’est l’esprit –si j’osais je dirai l’essence même – des forces de l’ordre qui est remise en cause. On voit bien que ce qui peut paraitre « normal » pour une part[1] de la population : un malfaiteur[2] tué par les forces de l’ordre prend tout de suite des proportions dramatiques pour les « groupes d’appartenance ». Ces groupes présupposent (souvent d’expérience) que la police, la gendarmerie, les forces de l’ordre n’ont pas fait preuve de la retenue, de la délicatesse, du tact et de la mesure nécessaire dans l’exercice de leur mission.

Ces forces de l’ordre ne paraissent pas, a priori, légitimes et, a priori, on ne leur concède pas le bénéfice du doute. S’il y a eu un acte grave, a fortiori, un drame c’est forcément une bavure.

Ces deux événements récents montrent que pour certains groupes, les forces de l'ordre interviennent de manière systématiquement, à leurs yeux, anormale et qu'il est légitime de les contester.

Quand cette intervention amène à la mort d'un homme, la question mérite en tout cas d'être posée sans pour autant excuser quelques violences que ce soient. Mais il est vrai que les discours crispés et les méthodes martiales ne favorisent pas le retour à l'ordre. Je serai curieux de savoir dans quelle mesure une déclaration d'une ministre de la justice venue sur place pour déclarer l'ouverture d'une enquête indépendante par la nomination d'un juge, aurait plus apaisé une population à vif et quelques jeunes qui cherchent tout prétexte pour "en découdre" comparée aux effets d'annonce de l'envoi d'inspecteur du fisc pour faire la chasse aux fraudeurs. Question de stratégie à l'évidence ! Si on veut la paix pourquoi ne pas avoir un discours apaisant ? Un discours ferme rappelant la nécessité de l'ordre mais aussi une parole humaine parce que, quoi qu'il en soit, un homme est mort. Et même si, comme on nous le répète à l'envi, ce n'était pas un saint, ses proches, ses amis, sa famille sont tristes. Il n'est pas d'homme qui mérite de mourir.

Notes

[1] « il l’a quand même cherché » entend-on parfois dans les cafés du commerce

[2] présumé, innocent jusqu’à ce qu’un tribunal en ait décidé

samedi 5 juin 2010

Brice Hortefeux coupable

Le jugement rendu par la 17ème chambre correctionnelle du Tribunal de grande instance de Paris :

Au nom du peuple français

(...)

Hortefeux coupable

La jugement en entier :

Hortefeux coupable p1a15

à télécharger[1]

La publication judiciaire à laquelle doit s'astreindre Brice Hortefeux:

"Par jugement du 4 juin 2010, le tribunal de grande instance de PARIS (17ème chambre correctionnelle-chambre de la presse), saisi de poursuites engagées par le Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples (MRAP) contre M. Brice HORTEFEUX du chef d'injures publiques envers un groupe de personnes a raison de leur origine, à la suite de propos tenus lors du "Campus de l'UMP", le 5 septembre 2010[2] à Seignosse dans les Landes, après après avoir réqualifié les faits en contravention d'injure non publique envers un groupe de personnes à raison de leur origine, en l'espèce, les personnes d'origine arabe, a condamné M. Brice HORTEFEUX à la peine d'amende prévue pour les contraventions de la 4ème classe[3], a alloué la somme à de 2 000 euros au MRAP à titre de dommages et intérêts, outre une indemnité au titre de ses frais de procès, et a ordonné la publication du présent communiqué judiciaire aux fins d'information du public".

Notes

[1] au format pdf, 15 pages, 977 Ko

[2] moi j'aurais dit 2009 !!?

[3] tout le texte original est en gras !

mardi 26 mai 2009

Bienvenue en Sarkozie

Une question !

Les policiers de la brigade[1] spéciale de répression des jeunes écoliers forcement délinquants dès 6 ans[2] pourront-ils fouiller à corps ces "p'tits salopards" quand ils seront en arrêt maladie[3] ?

Arghh, je vais être poursuivi ! Mauvais esprit, raccourcis scandaleusement inexacts, amalgames foireux, ironie de bas étage et en plus j'ai prononcé le nom "kinedoitpasetredit"[4]

Notes

[1] La parole est à M. Xavier Darcos, ministre de l’éducation nationale. et (selon M. Patrick Roy) de la violence à l’école ! : "Je propose des solutions simples : d’abord d’être en mesure de contrôler ceux qui entrent dans nos établissements grâce à des portiques, des vérifications électroniques ou des sondages par exemple. D’autres pays l’ont fait. Nous avons fait des propositions. Nous verrons. Ensuite de mettre en place une brigade afin de dissuader, de persuader et de concourir à l’activité de nos personnels. Enfin, je propose évidemment que tous ces contrôles et préventions puissent être effectués de manière systématique. Il s’agit tout simplement de protéger l’école de la nation." (citation exacte lue sur le site de l'Assemblée nationale : http://www.assemblee-nationale.fr/13/cri/provisoire/P20090249.asp)

[2] Délinquant né et suspect d’en être capable : l’enfant.

[3] voir l'organe de propagande officielle de la Sarkozie : http://www.lefigaro.fr/politique/2009/05/25/01002-20090525ARTFIG00407-l-ump-propose-de-pouvoir-travailler-en-conge-maladie-.php

[4] euh Yahvé ? (non ns)

dimanche 22 mars 2009

22

Le fonctionnaire de la police nationale est loyal envers les institutions républicaines. Il est intègre et impartial ; il ne se départit de sa dignité en aucune circonstance.

Placé au service du public, le fonctionnaire de police se comporte envers celui-ci d'une manière exemplaire.

Il a le respect absolu des personnes, quelles que soient leur nationalité ou leur origine, leur condition sociale ou leurs convictions politiques, religieuses ou philosophiques.

in Code de déontologie de la police nationale

mercredi 11 mars 2009

C'est le passage AU tabac qui est interdit

pas le passage À tabac !

Pour reprendre une légende d'un dessin de Tox qui résume très bien dans un autre dessin (ci dessous) le matraquage des collégiens de Cenon sur les quais de la gare Montparnasse. Voir aussi les 18 articles sur le sujet dans les actualités de google.

- page 1 de 2